Tchad : dessiner un avenir meilleur pour les filles réfugiées

12 April 2021

Des jeunes filles réfugiées et Salma Khalil lors d'un atelier de création du conte pour enfants "Afaf et l'œuf doré".

Dix jeunes réfugiées dessinent la fantaisie et la réalité par des traits colorés. Salma Khalil, une artiste tchadienne aux multiples talents, dirige le processus de création. “Passons à autre chose et dessinons votre maison. Qui y habite ? Que font les adultes ? Et les enfants ?”.

Un tas de dessins d’incendies, de balles, de valises vides, de véhicules et de rivières façonnent les différentes histoires d’évasion des jeunes filles. Les enseignants, les femmes d’affaires prospères et les conductrices façonnent les plans que beaucoup ont pour leur avenir.

L’histoire pour enfants de Afaf et l’Œuf d’Oré, écrite et illustrée par Salma, est le résultat de six ateliers comme celui-ci. Afaf, le personnage principal de l’histoire, et le reste des villageois semblent issus de la plus pure fantaisie. Cependant, ils reflètent fidèlement l’imagination, les souvenirs et la vie quotidienne des jeunes filles réfugiées au Tchad. Pour ce projet, réalisé avec Entreculturas (CE) et le Service jésuite des réfugiés (JRS) Tchad dans le cadre de la campagne La Luz de las Niñas, Salma a rencontré plus de soixante filles dans trois camps de réfugiés : le camp de réfugiés urbain de Gaoui, N’Djamena et les camps de Kounoungou et Farchana, situés dans l’est du Tchad.

“Notre objectif est de laisser les filles s’exprimer et d’utiliser leur travail pour raconter une histoire qui soit un exemple pour tous ces enfants”, explique Salma. Un exemple qui contribue à favoriser la paix et la vie en commun, ainsi qu’à créer des inspirations et des opportunités.

Les obstacles à l’éducation des filles dans les camps de réfugiés.

Dans les environnements vulnérables en raison des déplacements forcés et du manque de ressources, les filles sont encore plus exposées aux abus de toutes sortes, tels que la discrimination sexuelle, l’exploitation domestique, les grossesses précoces ou les mariages forcés. Pour des milliers de filles dans le monde, les tâches ménagères et le manque de matériel scolaires constituent un obstacle majeur à la possibilité de passer du temps à étudier, jouer ou socialiser avec d’autres filles et garçons.

“Les tâches ménagères ne finissent jamais”, dit Sawakine, une adolescente soudanaise, “si tu fais la lessive et qu’il ne reste rien d’autre à faire, tu peux ouvrir ton cahier et revoir ce que tu as appris à l’école”. Sawakine prend un autoportrait avec un diplôme à la main parce qu’elle dit que l’éducation est la clé pour construire un avenir.

“Nous, les filles, nous étudions pour notre propre bien”, ajoute Manara de Gaoui, “demain, quand je serai grande, je pourrai tout faire. Je peux aider ma famille si elle en a besoin”.

Les filles réfugiées partagent leurs expériences de déplacement.

Toutes les expériences vécues en quittant leur pays sont encore très vivantes dans les histoires et les souvenirs de beaucoup. Manazi a fait un dessin de la route, des arbres et du chauffeur qui l’a emmenée, ainsi que sa sœur et sa mère, à l’aéroport pour fuir à N’Djamena depuis leur maison en RCA. “Ils ont commencé à se battre à côté de notre maison”, rapporte la jeune fille, “[les chrétiens] et les musulmans se battaient entre eux, personne ne ramassait les morts, on les laissait sur la route”. Elle dessine aussi une valise vide, ils sont partis avec les vêtements qu’ils portaient.

La photo de Sawakine remonte à 2008 : “Ils nous ont poursuivis. Avec des voitures et des armes. Beaucoup sont morts. Nous sommes sortis pieds nus et j’étais en état de choc”. Elle dit qu’elle était malade, bien qu’elle soit maintenant rétablie et qu’elle souhaite travailler comme chauffeur pour les ONG dans le camp.

“Ces filles ont raconté tout ce qu’elles ont vu pendant leur voyage, comme la violence ou les meurtres, à leur manière, à travers des images”, dit Salma, “c’était très important de leur permettre de faire ressortir tout ce qu’elles ont vécu”. Les histoires qu’elles ont racontées commencent par un récit de départ, de laisser derrière elles ce qui leur est le plus cher à la recherche d’une vie meilleure dans un autre pays. Salma elle-même a vécu un exil forcé qui a eu lieu pendant la guerre civile de 2005-2010. “Enfant, cela peut être très traumatisant, troublant, mais ces filles se sont rétablies avec responsabilité et courage”, dit-elle, “travailler avec ces filles m’a aidée à me plonger dans cette situation [personnelle] et à la comprendre”.

Imaginer un avenir meilleur pour les filles réfugiées.

“Pour ces filles, savoir qu’elles peuvent, et doivent, choisir et développer des idées c’est essentiel. Et qu’à travers ces idées, elles peuvent être utiles à la société et à leurs petits frères et sœurs”, affirme Salma.

Partager des histoires et des chansons et apprendre à connaître le travail de Salma a été une partie importante des six rencontres entre elle et les participantes. Cela a donné une perspective et une inspiration sur le rôle des femmes dans la société. “Je veux dessiner des gens comme vous”, dit-elle à Salma Afrah, réfugiée dans la capitale, “c’est pourquoi je vais devenir illustratrice et apprendre aux enfants à dessiner”.

“Au fur et à mesure que l’atelier avançait et que nous développions des histoires où l’héroïne était une fille, ils ont immédiatement revendiqué que le village pouvait être dirigé par une femme”, explique Salma, “Ils en ont conclu que ce sont les femmes qui dirigent la maison, celles qui font bouger le monde”. Sawakine est sûr de cela : “La vie, c’est l’égalité : ce qu’une fille peut faire, un garçon peut le faire.”

Une grande source d’inspiration pour Salima, c’est sa mère. Grand défenseur de l’éducation de ses enfants, elle les a élevés sans l’aide de leur père et veille à ce qu’ils n’oublient pas un seul cahier quand ils vont à leur école à Farchana. Notre mère nous dit toujours que si nous terminons nos études, nous aurons un avenir et une tranquillité d’esprit, comme elle le fera aussi”, poursuit-elle. “L’éducation est très importante pour la sécurité des enfants”, ajoute-t-elle.

Les filles, séparées par des kilomètres, des rivières et des montagnes, ont montré qu’elles partagent de nombreux rêves. Elles rêvent de vivre ensemble en harmonie. Elles cherchent un endroit où le courage des jeunes est célébré.

 

Cette histoire a été publiée pour la première fois par Entreculturas dans le cadre de la campagne La Luz de las Niñas.

 

Rencontrez les filles réfugiées qui ont participé à l'atelier

« C’est important pour nous [filles] de lire [un livre écrit par une femme] pour apprendre comme elle. C’est important pour nous de le lire [histoires sur filles] pour en apprendre que nous aussi pouvons faire la même chose qu’elles ont fait. » Habiba-Gantour
« La valise [qui j’ai dessiné] est vide à cause de la guerre. Le jour où nous sommes venus nous avons eu peur et nous sommes venus avec rien. » Manara Mahamat
« [Quand je serais grand] Je veux être dessinatrice pour apprendre aux enfants à dessiner. Je veux dessiner, dessiner les gens, comme toi. » Afrah Abdelkerim Backar
« Quand je serai grande je veux devenir ingénieure et docteur. Je veux travailler pour que ce soit utile pour moi et que je puisse aider mes parents et mes frères et sœurs. »Fatouma Tidjani Ali