Bangladesh : Les femmes réfugiées Rohingya qui incarnent l’espoir en période de COVID-19

27 April 2021

Hosneara a lancé un projet visant à enseigner la fabrication de masques aux adolescentes. Ensemble, elles ont distribué des centaines de masques aux enfants de Cox's Bazar.

La population en détresse et déplacée des réfugiés rohingyas à Cox’s Bazar, au Bangladesh, compte environ 67 % de femmes qui sont touchées de manière disproportionnée par l’injustice, la violence et les abus sexistes passés et présents. Pourtant, malgré les difficultés, ces survivants du conflit sont devenus des acteurs de première ligne chargés de répondre aux besoins de protection des jeunes filles et des femmes vivant dans les camps de réfugiés.

Le besoin alarmant d’espaces sûrs pour les femmes Rohingya déplacées de force a inspiré le JRS et son partenaire Caritas Bangladesh à créer le Centre polyvalent pour enfants et adolescents (MCAC) afin d’encourager le leadership chez les femmes et d’offrir des opportunités de volontariat.

Hosneara est l’une des formatrices professionnelles de référence du projet MCAC. Elle connaît bien la couture, la broderie à la main et la confection. Pendant la pandémie, son désir de diriger des services communautaires est resté intact.

Je ne peux pas exprimer à quel point je suis heureuse lorsque je vois les enfants porter des masques que j'ai cousus.
Hosneara, formatrice JRS

Dans le but de promouvoir les consignes de sécurité face à la COVID-19, Hosneara a cousu des masques réutilisables qu’elle a ensuite distribués au sein de la communauté. Elle a lancé un projet visant à enseigner la fabrication de masques aux adolescentes des classes professionnelles du MCAC, et ensemble, elles ont distribué de centaines de masques aux enfants du centre. Elle a même apporté son soutien aux femmes et aux enfants rohingyas qui ne font pas partie du projet MCAC et leur a offert des cours gratuits de fabrication de masques.

Le bénévolat rémunéré au MCAC a donné à Hosneara une stabilité financière et elle a pu acheter sa propre machine à coudre pour subvenir aux besoins de sa famille tout en aidant sa communauté.

« Je ne peux pas exprimer à quel point je suis heureuse lorsque je vois les enfants porter des masques que j’ai cousus. J’espère toujours que personne ne tombera malade. Je souhaite continuer à collaborer au projet MCAC car cela me permet de trouver la paix et la joie dans mon métier. »

Outre Hosneara, quinze animatrices et trois assistantes sociales du MCAC sont des femmes rohingyas et elles dirigent les efforts de sensibilisation à l’égard de la COVID-19 dans les camps. Le JRS – Caritas Bangladesh ont célébré leur fructueuse contribution en faveur du bien-être des réfugiés vulnérables lors de la commémoration de la Journée internationale de la femme.

« Au Myanmar, je n’ai jamais entendu parler de la Journée de la femme. Aujourd’hui, c’est comme la fête de l’Aïd. Je tiens à remercier le JRS – Caritas Bangladesh d’avoir organisé un événement aussi magnifique », a déclaré une des animatrices.