Tchad : Une bande dessinée pour encourager les jeunes réfugiés à accéder aux études supérieures

26 avril 2022

L’éducation, en plus d’être un droit fondamental, permet aux enfants et jeunes réfugiés d’acquérir les connaissances et ressources nécessaires pour l’autonomisation personnelle et professionnelle, ainsi que la réinsertion sociale et la défense de leurs droits.

Le Tchad est actuellement le pays d’accueil de plus de 575,880 personnes réfugiées. Plus de 100,000 sont des enfants et jeunes réfugiés, scolarisés du préscolaire au Lycée.

Depuis l’inclusion de l’éducation des réfugiés dans le curriculum national en 2015, 3,142 jeunes ont obtenu leur diplôme du Baccalauréat (BAC) tchadien. Celui-ci est l’examen final national pour accéder à l’enseignement supérieur.

Pourtant, moins de 2% des jeunes réfugiés au Tchad étaient inscrits dans les universités et écoles supérieures en 2022. Dans le monde, le pourcentage est de 5%. Dans beaucoup des cas, les causes sont le manque d’opportunités et ressources, ou la discrimination de genre qui empêche les filles de développer leurs potentiels.

En tant que principal partenaire d’implémentation d’éducation du Haut-commissariat des Nations Unies (HCR) Tchad, le JRS travaille pour offrir une éducation de qualité formelle et non-formelle dans 13 camps de réfugiés à l’Est du pays et à la capitale, N’Djamena. Grâce aux diverses bourses et accords de l’HCR et JRS avec les établissements d’études supérieures. Jamais l’université n’a été aussi accessible aux jeunes réfugiés.

Dans le but encourager l’accès des réfugiés aux études post-secondaire, JRS et HCR ont créé la Bande Dessinée « Les Diplômés du Camp de Réfugiés ». En lisant les expériences de Youssouf, Vincent, Sadié (une jeune mère) et son amie, les enfants, jeunes et adultes peuvent s’informer sur les différentes opportunités et options de bourses d’études supérieures existantes pour les réfugiés au Tchad.

L’artiste derrière les illustrations et l’histoire est le cartooniste tchadien Mahamat Djamadjibeye, alias Djams. Cet artiste graphique est reconnu au niveau national et publie dans la presse tchadienne depuis presque 20 ans.