Tchad : L’engagement d’une communauté en faveur de l’éducation pendant le COVID-19

19 July 2021

Lorsque les écoles ont fermé en raison de la pandémie de COVID-19, les élèves réfugiés, leurs parents et les enseignants ont dû trouver des moyens innovants pour garantir la poursuite de leur éducation malgré les ressources limitées.

Soumaya

Soumaya est une étudiante de 20 ans au Lycée du camp de réfugiés de Djabal. Elle y vit depuis 16 ans. Malgré les difficultés rencontrées lors de la fermeture de son école en raison de la pandémie de COVID-19, Soumaya est restée motivée et disciplinée dans ses études. Elle envisage de devenir médecin.

Soumaya is a 20-year-old student at the Lycée (high secondary school) in Djabal refugee camp

Comment as-tu réussi à étudier lorsque l’école a fermé à cause de la COVID-19 ?

“Je n’ai pas de téléphone ni de radio pour suivre les cours à distance. Au début, c’était difficile, mais on nous a donné des manuels et cela a tout facilité. Nous étions également divisés en groupes de travail composés d’enfants avec et sans smartphone. J’ai également pu me rendre au domicile de mon professeur pour lui poser des questions sur les sujets abordés. Les professeurs étaient également invités à venir chez nous pour enseigner à un petit groupe d’élèves. Le mois que j’ai passé sans manuel scolaire, je n’ai pu lire en classe que les notes que j’avais prises dans mon cahier. La COVID-19 m’a empêché d’apprendre beaucoup de choses.”

As-tu dû accomplir des tâches à la maison en dehors de tes études ?

“Je faisais la cuisine et j’allais chercher de l’eau et du bois. Je faisais le ménage aussi. J’ai réussi à organiser quatre heures d’étude par jour, deux le matin et deux le soir.”

Qui finance ton éducation ?

“Seulement ma mère, mais elle a des problèmes de vue et ne pouvait pas m’aider. Mon père est au Soudan et je ne l’ai pas vu depuis des années. Ma mère est la seule à s’occuper de mes deux frères, de mes deux sœurs et de moi. Elle paie notre nourriture et nos dépenses scolaires. Je travaille aussi dans la construction pour aider.”

Comment t’es-tu sentie quand l’école a rouvert ?

“J’étais heureuse car mon éducation est importante pour moi. C’était facile de retourner à l’école parce que j’avais beaucoup étudié à la maison.”

Sais-tu ce que tu aimerais faire à l’avenir ?

“J’aimerais devenir médecin. Il y a des défis à relever à la maison, mais je vais donner la priorité à mes études parce que c’est mon avenir.”

Izzadine

Izzadine est un étudiant de 19 ans au Lycée du camp de réfugiés de Djabal. Il y vit depuis 18 ans. Il est fier du fait que les fermetures d’écoles ne l’ont pas empêché de travailler dur et d’utiliser de nouvelles formes d’apprentissage comme les smartphones et les groupes WhatsApp. Izzadine aimerait faire carrière dans l’administration.

Izzadine is a 19-year-old student at the Lycée (high secondary school) in Djabal refugee camp

Comment ton année scolaire a-t-elle été affectée par le COVID-19 ?

“Avec la COVID-19, les écoles du monde entier ont fermé, y compris celles du Tchad. Certaines d’entre elles ont été fermées pendant trois mois et nous avons dû passer à l’apprentissage à distance. Nous avons étudié avec la radio Sila (une radio communautaire à Goz-Beida), WhatsApp et des groupes de travail. J’ai un smartphone et WhatsApp a été le canal que j’ai le plus utilisé pendant la fermeture de l’école. Nous faisions des exercices et envoyions une photo aux professeurs. Certains élèves ont participé à ces cours à distance, mais d’autres n’avaient pas les ressources adéquates, comme les téléphones portables. Les étudiants possédant un smartphone ont été regroupés avec ceux qui n’en possédaient pas. C’était la première fois que nous vivions une telle crise, mais nous avons réussi à en sortir la tête haute. ”

As-tu trouvé difficile d’étudier à distance ?

“Certes tous ces systèmes n’étaient pas faciles, mais si on s’investit, on peut réussir. L’arabe et la philosophie étaient enseignés par radio et c’était un défi, car on n’avait pas la possibilité de poser des questions au professeur. Un autre obstacle était la mauvaise qualité de la connexion ou le nombre limité de gigaoctets pour charger et télécharger les images. Les enseignants ont fait de leur mieux pour nous aider. C’était aussi la première fois que nous apprenions à distance et cela n’a pas été facile. Nous avons été très surpris au début, mais le JRS nous a accompagnés et nous a offert le WiFi au centre d’apprentissage du JRS. ”

T’es-tu senti préparé pour le BAC ?

“Les cours m’ont beaucoup aidé à préparer le BAC. Cependant, nous n’avons pas pu étudier tous les chapitres en raison de la fermeture des écoles mais ils sont apparus dans les épreuves du BAC 2020. Je pensais avoir bien travaillé, pourtant mes notes n’étaient pas assez bonnes. Je repasse donc le BAC cette année”.

Sais-tu ce que tu aimerais faire à l’avenir ?

“Je veux étudier l’administration générale à l’université, mais mes ressources financières sont limitées.”

Abdallah

Abdallah, 39 ans, est professeur de mathématiques au Collège et au Lycée du camp de réfugiés de Djabal. Avec d’autres enseignants, il a sensibilisé les élèves à l’existence de la COVID-19 et a rapidement adapté les cours par le biais de groupes WhatsApp, en veillant à ce que les élèves sans smartphone travaillent en groupe avec des élèves qui y ont accès. Abdallah décrit la fermeture des écoles comme un traumatisme, car la pandémie a mis en péril l’éducation des élèves et leur avenir.

Abdallah is a 39-year-old Maths teacher at the Collège (lower secondary school) and Lycée (high secondary school) in Djabal refugee camp.

Comment les enseignants ont-ils continué leur travail malgré la fermeture des écoles à cause de la COVID-19 ?

“Nous n’avions pas d’autre choix. Nous, les enseignants, avons commencé à sensibiliser les blocs du camp (sur la COVID-19). Lorsque les écoles ont fermé, les cours à distance ont été difficiles pour les étudiants, en particulier ceux qui n’avaient pas de téléphone portable et ne pouvaient donc pas accéder à WhatsApp. De plus, certains étudiants possédant un téléphone portable n’avaient pas d’argent pour acheter du crédit téléphonique. Nous avons décidé de diviser les étudiants afin que ceux qui avaient un téléphone puissent partager leurs devoirs avec ceux qui n’en avaient pas. Les enseignants ont envoyé les exercices sur WhatsApp et les élèves ont renvoyé une photo de leurs réponses. L’équipe d’enseignants a diffusé des cours par radio avec Radio Sila. Cela a également aidé les étudiants qui n’ont pas de smartphone, par exemple. Les cours de mathématiques étaient particulièrement difficiles, car le tableau est nécessaire pour expliquer les problèmes de mathématiques. Certains réfugiés et élèves tchadiens ont rendu visite à leurs professeurs à la maison pour poser des questions sur les cours.”

Comment vous sentiez-vous en tant qu’enseignant ?

“Les écoles ont été fermées du jour au lendemain, de manière inattendue, et nous n’avons pas aimé cela. J’ai été surpris, c’était la première fois que les cours étaient suspendus ! Cela a eu un impact psychologique négatif sur moi, car l’avenir et l’éducation de nos enfants étaient en jeu. ”

Aicha

Aicha, 56 ans, est membre de l’Association des Parents d’Elèves (APE) du Collège du camp de réfugiés de Djabal. Elle et d’autres parents se sont mobilisés avec le HCNUR et le JRS pour faire connaître la COVID-19 et distribuer des masques dans les camps. La pauvreté a empêché de nombreux élèves de participer aux cours proposés par les groupes WhatsApp. De plus, de nombreux élèves ne sont pas retournés à l’école après sa réouverture. Aicha et d’autres parents ont été aidés par une initiative du JRS, pour promouvoir l’importance du retour à l’école.

Aicha is member of the Parents of Students Association (APE in French) at the Collège (lower secondary school) in Djabal refugee camp.

Racontez-nous les premières semaines où les écoles étaient fermées à cause de COVID-19.

“Avec l’arrivée de la COVID-19, les étudiants étaient découragés, surtout ceux qui passaient des examens. Il n’avait pas été confirmé si les examens auraient lieu cette année-là. Ce n’était pas du tout facile pour les élèves. Les membre de l’APE ont rencontré le HCNUR et le JRS pour trouver une solution. Ils ont distribué des masques et organisé des activités de sensibilisation dans le camp.”

Les cours à distance ont-ils aidé les étudiants à poursuivre leur apprentissage malgré la fermeture des écoles ?

“La communauté a été satisfaite des cours à distance (WhatsApp) et des leçons à la radio. Les enseignants ont également trouvé une stratégie pour aider les élèves qui n’ont pas de smartphone ou de radio et les ont placés dans des groupes de travail avec des élèves ayant accès à WhatsApp.”

Quels ont été les principaux défis rencontrés par les élèves pendant la fermeture des écoles ?

“La pauvreté au sein de la communauté n’a pas aidé. De nombreux étudiants avaient la volonté de poursuivre leurs études, mais ils n’avaient pas les moyens nécessaires pour participer aux cours à distance. Beaucoup n’avaient pas de smartphone, de crédit téléphonique ou de radio. Certains préféraient travailler dans les champs à la place. De plus, les filles étaient surchargées comme elles devaient faire le ménage.”

Comment la communauté a-t-elle réagi lorsque les écoles ont rouvert leurs portes ?

“La communauté était heureuse lorsque les cours ont repris. Cependant, certains élèves sont retournés à l’école plus tard, parce qu’ils étaient retenus par leurs parents pour travailler dans les champs. Le JRS, en collaboration avec l’APE, a organisé plusieurs campagnes de sensibilisation sur l’importance du retour à l’école. Ces campagnes ont permis à de nombreux élèves de retourner en classe.”