Nigeria : les groupes de soutien psychosocial reconstruisent les communautés

04 October 2021

Wirngo, réfugié camerounais, a ouvert sa propre boutique dans le nord du Nigeria.

À 41 ans, Wirngo aspirait à devenir juriste lorsque la violence incessante qui sévit au Cameroun est arrivée dans sa ville.

La pire situation est survenue un soir d’octobre 2017. Il venait d’être libéré de la prison d’Amba où il avait passé environ deux semaines pour avoir critiqué les violations des droits de l’homme perpétrées dans son pays. À son retour, il a vu que sa maison avait été incendiée par les militaires et son voisin tué. Wirngo a été informé que les soldats étaient venus le chercher et qu’il aurait été tué s’ils l’avaient vu.

Il a quitté sa maison immédiatement et a marché toute la nuit, dormant dans la brousse pendant les trois jours suivants jusqu’à ce qu’il arrive à la ville frontalière de Sabon Gari, dans le nord du Nigeria. De là, il a appelé un ami qui a traversé la frontière et l’a conduit à Gembu Sarduana, dans l’État de Taraba, le même jour.

« Cet ami à moi vivait dans une seule pièce avec sa femme et son enfant. C’était un peu compliqué de partager la même pièce avec eux. J’avais très peu d’argent et je ne pouvais me permettre qu’un repas par jour jusqu’à ce que les choses s’améliorent », se souvient-il. « J’ai obtenu un poste d’enseignant dans l’un des collèges secondaires de la ville et le salaire était modeste. J’ai loué une chambre pour moi et j’ai continué à subvenir à mes besoins. Même avec la tournure des événements, j’ai toujours été confronté au problème des papiers légaux puisque je ne suis pas entré au Nigeria légalement », dit Wirngo.

Il a rencontré le personnel du JRS Nigeria alors qu’il essayait de régler ses documents légaux au bureau de l’immigration. « Ils m’ont aidé à préparer mon dossier en tant que réfugié et m’ont donné de la nourriture et des articles non alimentaires », raconte Wirngo.

Après avoir été introduit dans un groupe du Service de santé mentale et de soutien psychosocial (MHPSS) le même jour, il a rencontré plusieurs autres réfugiés du Cameroun. Ils se sont réunis par la suite pour partager leurs expériences et bénéficier d’une thérapie.

Ensemble, le groupe de la MHPSS a décidé de commencer à se rendre visite et à s’aider mutuellement en tant que réfugiés dans la communauté et ils ont formé une association villageoise d’épargne et de prêt. « Dans l’association, nous contribuons financièrement pour nous entraider à démarrer une entreprise sans payer d’intérêts », dit-il.

« Lorsque le moment est venu, j’ai utilisé mon argent pour ouvrir un petit magasin où je vends de la nourriture et des vêtements d’occasion. J’ai également employé quelqu’un pour rester dans le magasin pendant que je vais à l’école où j’enseigne », ajoute-t-il.

À présent, Wirngo espère que la paix reviendra dans son pays, afin qu’il puisse y retourner et devenir juriste.