Myanmar : la volonté d’enseigner dans une zone touchée par le conflit

18 November 2019

Le camp de déplacés dans l’Etat Kachine, au Myanmar.
IDP camp in Mytkyina, Myanmar's Katchin State.

« J’ai trouvé le bonheur dans l’enseignement, lorsque je peux partager mes connaissances avec les enfants qui ont faim d’éducation, surtout quand je vois leur sourire quand ils apprennent dans les salles de classe. Je veux améliorer mes compétences pédagogiques autant que je peux. »

Ja Aung enseigne les mathématiques sur trois niveaux d’enseignement différents. Elle a commencé à enseigner il y a deux ans après avoir obtenu sa formation diplômante d’enseignants, soutenu par le Service Jésuite pour les réfugiés (JRS).

Au début de son affectation, elle a dû relever de multiples défis. Le plus grand défi, explique Ja Aung, était la communication. « L’école est située à la frontière entre la Chine et le Myanmar où les élèves parlent différents dialectes kachins. Je me suis adaptée en écoutant attentivement, puis j’ai appris la langue auprès des enfants et des autres enseignants. »

Un autre défi continu est la petite allocation des enseignants bénévoles. Pour Ja Aung, « Il est difficile de vivre avec ce salaire, surtout parce qu’il y a une inflation élevée et une énorme différence dans la valeur des kyats du Myanmar et du yuan chinois. Sans le soutien généreux de la communauté, en particulier des parents des élèves, les repas quotidiens décents ne peuvent être obtenus. »

 

J'ai trouvé le bonheur dans l'enseignement, surtout quand je vois leur sourire quand ils apprennent dans les salles de classe.
Ja Aung, professeure du JRS en Myanmar

Au cours de l’année, Ja Aung a établi des relations étroites avec ses élèves, mais aussi avec les autres enseignants, les parents et la communauté des personnes déplacées internes du camp. « Les parents des élèves et les personnes déplacées du camp sont amicaux. Parfois, ils viennent rendre visite aux enseignants, me demandant si je vais continuer à enseigner ici l’année prochaine. Je suis heureuse d’enseigner. Je suis très fière que 80 % de mes élèves aient réussi l’examen. »

Selon Ja Aung, les enseignants sont également confrontés à la question de la différence de programme d’études entre les écoles du camp des personnes déplacées et dans d’autres parties du Myanmar. De plus, le gouvernement national ne reconnaît pas l’éducation dispensée par les écoles des zones non-contrôlées par le gouvernement.

« Afin de remédier à la pénurie nationale d’enseignants, ainsi que de promouvoir l’éducation multilingue basée sur la langue maternelle, le gouvernement du Myanmar devrait élaborer une politique pour que les enseignants communautaires formés et expérimentés deviennent des enseignants reconnus par le gouvernement/certifiés et puissent avoir une carrière dans les écoles publiques. »

La formation des enseignants DCE-JRS se répète pour la sixième promotion d’étudiants depuis le début du programme. Ce cours de neuf mois, forme des enseignants bénévoles qualifiés, favorisant ainsi l’accès à une éducation de qualité pour les enfants défavorisés dans les villages éloignés touchés par les conflits. En coordination avec les paroisses, la Commission diocésaine pour l’éducation (DCE) recrute des jeunes qui souhaitent faire du bénévolat en tant qu’enseignants et dispense une formation en coordination avec JRS. Les volontaires sont ensuite envoyés dans des camps de déplacés et des villages isolés touchés par le conflit.

« J’ai de la chance d’avoir reçu cette formation des enseignants organisée par JRS et la DCE Myitkyina. Il m’a appris à enseigner. Quand je suis devenue professeure bénévole, je n’avais que 19 ans. J’étais jeune et je ne connaissais pas grand-chose à la vie. Même si j’étais moi-même une déplacée interne, ma première année de bénévolat dans le camp m’a rendu plus préoccupée par la vie des gens dans les camps et par l’éducation de leurs enfants. Cela a stimulé ma volonté d’enseigner dans les régions éloignées ou touchées par les conflits. Par conséquent, j’ai décidé de continuer mon service au cours de la prochaine année scolaire (2019-2020). Je pense que l’école est nécessaire pour développer un pays et développer l’avenir des élèves. »

Même si j'étais moi-même une déplacée interne, ma première année de bénévolat dans le camp m'a rendu plus préoccupée par la vie des gens dans les camps et par l'éducation de leurs enfants.
Ja Aung, professeure du JRS en Myanmar

Le travail acharné de Ja Aung a également été remarqué par le directeur de l’école alors qu’elle a été choisie parmi les enseignants pour recevoir le prix de l’exemplarité.

Plus de 97 000 personnes sont déplacées dans l’État de Kachin à la suite du conflit armé, restant dans des camps ou des situations similaires. Les enfants représentent au moins 50 % de cette population. En outre, il existe de nombreuses régions éloignées et touchées par des conflits où les enfants ne peuvent pas avoir accès à des possibilités d’éducation. C’est la raison pour laquelle JRS et ses partenaires au Myanmar font des besoins en éducation une priorité.