Kenya : Faire renaître l’espoir d’un avenir meilleur

17 November 2021

Pacific et d'autres bénéficiaires de bourses du JRS lors d'une réunion de soutien et d'orientation avec le personnel du JRS. (Service Jésuite des Réfugiés)

« Peu importe ce que les gens traversent, il suffit de croire en soi. Tout est encore possible. »

Pacific était un représentant étudiant à Goma, en République démocratique du Congo, lorsqu’il a été enlevé par les rebelles qui ont occupé la ville pendant quelques semaines en 2013. Avec neuf autres étudiants de l’université, Pacific a été invité à soutenir les rebelles et à les aider à recruter d’autres étudiants. Pacific a refusé de collaborer. Lorsque les forces gouvernementales ont repris le contrôle de la ville et ont découvert la rencontre entre les rebelles et les représentants étudiants, elles ont fait prisonniers Pacific et les autres étudiants, à la recherche d’informations qu’ils n’avaient pas.

Privé de lumière, Pacific ne sait pas combien de temps il a été emprisonné. Les marques des cordes avec lesquelles il était attaché sont encore visibles sur sa peau.

Grâce à un ami de sa famille qui travaillait avec les forces gouvernementales, Pacific a été secrètement libéré et a pu fuir au Rwanda, où il a reçu des soins médicaux pendant 3 mois. Lorsqu’il s’est senti assez fort pour continuer son voyage, il est parti en avion pour Nairobi, au Kenya.

« Lorsque je suis arrivé ici, je n’avais nulle part où loger. Je suis resté avec un ami et il m’a conduit au JRS. Le personnel du JRS me donnait de la nourriture, des vêtements… Le JRS était toujours à mes côtés », dit-il. « Ils m’offraient également un soutien psychologique, parce que j’étais traumatisé, je n’avais aucun espoir, j’avais subi tellement de chocs… alors ils m’offraient un soutien psychologique, m’aidant à sortir de cette situation ».

Peu importe ce que les gens traversent, il suffit de croire en soi. Tout est encore possible.
Pacific, bénéficiaire de bourses du JRS

La vie d’un réfugié à Nairobi peut être très difficile. Les possibilités d’emploi sont très limitées, le coût de la vie est élevé, même pour les citoyens, et payer le loyer est un défi majeur.

« Lorsque vous êtes un réfugié, vos rêves disparaissent. Vous devenez désespéré, et vous ne pouvez plus penser à l’avenir. »

Le diplôme congolais de Pacific n’est pas reconnu au Kenya, il a donc décidé d’en obtenir un nouveau. Grâce à une bourse du JRS, il poursuit actuellement une licence en Etudes Internationales. Après toutes les tortures et les souffrances, Pacific est capable de voir à nouveau un côté plus lumineux de la vie et il investit désormais dans son avenir.

« J’avais tellement de rêves… mais depuis que je suis devenu un réfugié et que je suis venu ici au Kenya, j’ai vu tellement de gens s’entraider que j’ai décidé de devenir un travailleur humanitaire. Je prie Dieu de m’accorder la grâce dans la vie afin que je puisse aussi devenir quelqu’un qui aide les autres », partage Pacific. « L’amour que le JRS m’a montré a été trop fort, et j’ai l’impression de devoir continuer avec cette même gentillesse qu’ils me témoignent et de la transmettre à ma communauté et aux autres personnes qui se sentent sans espoir. »