40 ans d’accompagnement : Danielle Vella

01 March 2021

L’auteure Danielle Vella est actuellement directrice de la réconciliation et de la cohésion sociale pour JRS.

Danielle Vella, basée à Malte, travaille pour JRS depuis plus de 20 ans et est actuellement directrice de la réconciliation et de la cohésion sociale pour JRS, où elle dirige les efforts de l’organisation pour construire des ponts, créer des espaces d’hospitalité et d’accueil pour les réfugiés et les communautés d’accueil, ainsi que des équipes JRS à travers le monde. Elle est également l’auteure de  Dying to Live: Stories from Refugees on the Road to Freedom (trad. : Crever d’envie de vivre : Histoires sur la route de la liberté)

Décrivez votre vie et ce qui se passait lorsque vous avez commencé à vous impliquer avec JRS.

Je me suis impliquée auprès de JRS pour la première fois il y a plus de 20 ans. J’avais 25 ans et je travaillais comme journaliste pour un journal local. Je connaissais JRS parce que ma sœur y travaillait. J’étais aussi allée dans un collège jésuite où j’ai beaucoup appris sur la justice sociale et sur le fait d’être une femme pour les autres, surtout les personnes dans le besoin.

En tant que journaliste dans ce journal local, j’avais l’habitude d’interviewer des réfugiés vivant à Malte avec JRS et avec des bénévoles qui essayaient d’aider. Puis, un poste d’agent de communication au Bureau international du Service jésuite des réfugiés à Rome s’est ouvert. J’ai postulé pour ce poste, je l’ai eu, et on connait la suite. C’était il y a 20 ans, et je suis toujours impliquée auprès de JRS aujourd’hui.

Parlez-nous de votre vie aujourd’hui.

Je travaille toujours pour JRS. Je suis très reconnaissante de cette opportunité, d’autant plus que JRS m’a vraiment permis de servir la cause des réfugiés de différentes façons. J’ai commencé à travailler dans la communication, puis j’ai progressé vers un travail sur la mission et l’identité de JRS. Plus récemment, depuis environ sept ans, je me concentre sur la réconciliation et sur la façon d’en faire une partie intégrante de notre mission. L’élément clé de mon travail dans tout cela a toujours été de rencontrer des réfugiés, d’écouter leurs histoires et de les partager.

Quelle différence JRS a-t-il fait dans votre vie ?

JRS a fait une énorme différence dans ma vie au cours de ces 20 dernières années. Je suis vraiment reconnaissante d’avoir eu l’occasion de vivre ma vocation – de servir les personnes marginalisées. Cela a été une grande bénédiction pour moi d’être autorisée à vivre ma voie avec une organisation qui m’a vraiment permis de me développer et de grandir dans différents rôles. Les relations que j’ai nouées au fil des ans avec des gens qui travaillent pour JRS et avec des réfugiés qui m’ont accompagné autant que je les ai accompagnés, ont apporté des bénédictions vraiment indicibles dans ma vie.

Qu’est-ce que l’accompagnement signifie pour vous ?

L’accompagnement signifie beaucoup de choses pour moi, mais peut-être surtout, quelque chose qui tente d’apporter une certaine qualité et neutralité dans une relation qui est traditionnellement considérée comme celle d’un fournisseur de services et d’un bénéficiaire. Cela signifie vraiment « être avec », pas seulement « faire pour », ou « faire pour quelqu’un » d’une certaine manière. Ce n’est pas ce que nous faisons, mais c’est la façon dont nous le faisons et notre qualité de présence et de relation.

Je tiens vraiment à souligner que j’ai autant été accompagnée que j’ai accompagné. Je me souviens d’une histoire à ce sujet. Ma mère est morte d’un cancer. Je l’aimais vraiment beaucoup. Elle est morte il y a 14 ans maintenant, et quand elle a été diagnostiquée, je travaillais à Rome, en Italie. J’ai quitté mon emploi le même jour et je suis retournée à Malte pour être avec elle pendant son traitement. Je ne voulais pas être ailleurs. Pendant ces mois, c’était vraiment difficile parce que même mes amis très proches m’évitaient. Je pense que quand on sait que quelqu’un traverse une telle situation, peut-être qu’on ne sait pas quoi dire. On se sent gêné.

Je l’ai ressenti, et à l’époque je visitais le centre de détention pour immigrants en tant que bénévole, et il y avait un jeune Congolais. Il s’appelait Bennie, un diminutif pour Bienvenu. Quand j’allais lui rendre visite, j’allais lui remonter le moral, je pensais, mais il désignait une place à côté d’où il était assis et disait : « Maintenant, viens t’asseoir près de moi et parle-moi de ta maman. » Je me sentais soutenue et accompagnée par lui à cette époque. Cela explique vraiment ce qu’est l’accompagnement pour moi.