RÉPONSE À LA CRISE DE COVID-19

Joignez-vous à nous pour accompagner les réfugiés pendant l’épidémie de COVID-19

La propagation du COVID-19 ne connaît pas de frontières : plus de 100 pays à travers le monde ont déjà signalé des cas de virus. Plus de 70 millions de réfugiés et de personnes déplacées dans le monde risquent d’être touchés par cette pandémie. Fuyant la guerre, la violence et les situations d’urgence, ils sont aujourd’hui confrontés à une menace mondiale pour la santé publique sans les ressources appropriées.

Plus que jamais, le moment est venu d’être unis en tant que communauté mondiale et de prendre soin des plus vulnérables, comme le dit Père Thomas H. Smolich SJ, directeur international de JRS, dans sa lettre.

Les réfugiés et les déplacés de force seront les plus durement touchés par cette pandémie

La plupart des réfugiés vivent dans des pays moins préparés à lutter contre l’épidémie, où les conflits ont détruit les infrastructures de soins et affaibli les systèmes de santé.  La surpopulation des camps de réfugiés et des zones urbaines dépourvues d’assainissement augmentent la possibilité qu’une maladie très contagieuse comme le COVID-19 se propage rapidement. Dans de nombreux endroits, les réfugiés souffrent déjà d’un accès limité aux services essentiels et à des soins de santé décents et il est peu probable qu’ils soient prioritaires dans la distribution de kits d’hygiène et de futurs programmes de vaccination. En outre, ils sont particulièrement vulnérables aux répercussions sociales et économiques de cette pandémie.

Les besoins de nos frères et sœurs réfugiés ne peuvent être négligés. Ce n’est qu’en nous accompagnant les uns les autres et en travaillant ensemble que nous pourrons surmonter cette situation difficile.

En ce moment sans précédent d’épidémie de COVID-19, on nous rappelle l’importance de la solidarité, et nous sommes appelés à agir d’une manière qui nous unit en tant que communauté.
P. Thomas H. Smolich SJ, directeur international de JRS.

Protéger le droit d’asile en pleine crise

Les mesures exceptionnelles que de nombreux pays adoptent pour contenir la propagation du virus, y compris la limitation des déplacements aériens et des mouvements transfrontaliers, rendent les personnes déplacées de force encore plus vulnérables. De telles actions peuvent entraver leur droit d’asile et les forcer à retourner dans des situations dangereuses. Des mesures appropriées doivent être prises pour ne pas nuire aux personnes qui cherchent à obtenir une protection.

JRS se joint à l’appel lancé par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres,  à toutes les parties belligérantes à travers le monde pour un cessez-le-feu mondial immédiat en faveur de la plus grande bataille contre le COVID-19.

Comment JRS réagit-il ?

Avec une présence mondiale et des projets dans 56 pays, JRS a créé une équipe d’intervention interfonctionnelle spécifique au COVID-19 (Cross-Functional COVID-19 Response Team – CCRT) pour coordonner la réponse mondiale de JRS afin de s’assurer que le personnel et ceux que nous servons soient informés et préparés pour faire face à l’épidémie. Nous surveillons de près la situation afin d’assurer le bien-être de ceux que nous accompagnons et de nos membres du personnel, et de poursuivre les opérations autant que possible, où cela est possible.

Le COVID-19 est une réalité compliquée, évolutive et défiante, et nous ajustons nos opérations en conséquence. Nos bureaux gèrent tous les services non essentiels à distance, et nous explorons des alternatives pour les programmes qui ne peuvent pas fonctionner dans leurs formats traditionnels.

  • En Italie, sous le verrou imposé par les autorités italiennes, nous avons équipé notre soupe populaire de Rome pour la distribution de paniers de nourriture et nous sommes en lien avec d’autres communautés religieuses pour unir nos forces afin d’être plus efficace.
  • En Grèce, bien que les cours aient été interrompus, nous apportons un soutien alimentaire aux élèves et aux familles du centre JRS Arrupe, ainsi que des options d’apprentissage à distance, par exemple par le biais de cours en ligne, afin que les élèves puissent poursuivre leur scolarité. Le magasin d’occasion est toujours opérationnel, fournissant des produits d’hygiène et des vêtements à ceux que nous servons.
  • En Jordanie, nous explorons l’apprentissage en ligne et à distance pour poursuivre nos programmes éducatifs. Certaines séances individuelles et de groupe via Skype se sont poursuivies pour les étudiants qui ont une connexion Internet stable. Nos professeurs préparent des vidéos de cours à partager en ligne.
  • Au Kenya, nous sensibilisons et distribuons du matériel informatif sur le virus aux communautés que nous servons. Dans le camp de réfugiés de Kakuma, nous avons suspendu tous les grands programmes à l’exception des activités du refuge Safe Haven pour les femmes et les enfants vulnérables.

 

JRS continuera de mettre à jour cette page au fur et à mesure que nous en apprendrons davantage sur le COVID-19 et que nous ajustons nos opérations au besoin.

 Des enfants réfugiés accueillis par Centro Astalli (JRS Italie) accrochent un message d'espoir sur une fenêtre.
Des enfants réfugiés accueillis par Centro Astalli (JRS Italie) accrochent un message d’espoir sur une fenêtre.

Qu’est-ce que vous pouvez faire ?

Votre soutien et l’expression de votre solidarité sont plus importants que jamais. Tout en respectant la distanciation sociale et la quarantaine, il existe de nombreuses façons dont VOUS pouvez aider :

PRIEZ

Joignez-vous au pape François pour prier pour les malades et ceux qui souffrent, tout en remerciant ceux qui, tous unis et indépendamment de leurs traditions religieuses ou convictions, prient pour les personnes affectées.

DONNEZ

De l’Italie à la Syrie en passant par le Bangladesh, JRS continuera d’accompagner les personnes déplacées confrontées aux risques et aux répercussions supplémentaires du COVID-19. Faites un don aujourd’hui pour nous aider à nous préparer à la propagation du virus.

LISEZ

Nous devons rester solidaires de nos frères et sœurs déplacés. Apprenez et partagez leurs histoires pour s’assurer que leurs voix soient entendues.