Endurance, une jeune fille déplacée au Nigeria, retourne à l’école

11 mars 2022

Endurance en classe avec son professeur lors d'une session du programme d'apprentissage accéléré à Azare, au Nigeria.

Il y a cinq ans, la famille d’Endurance a été contrainte de quitter Damboa, au Nigeria, avec les seuls vêtements qui leur restaient. Leur histoire est semblable à celle de nombreux autres habitants de Damboa, qui ont été déplacés de force lorsque les insurgés ont envahi la communauté, incendiant les maisons et tuant tous ceux qui tentaient de les arrêter.

Endurance, 11 ans, et sa famille ont été forcés de dire adieu à la communauté qu’ils considéraient comme leur foyer et de commencer une nouvelle vie dans un camp de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI). Cependant, il y a trois ans, la famille a décidé qu’il était temps de reconstruire sa vie. Ils ont donc déménagé à Azare et vivent depuis dans une famille d’accueil.

Pour décrire la façon dont le déplacement a affecté son éducation, Endurance explique: « Lorsque nous avons quitté Damboa, mes espoirs de poursuivre mon éducation ont été anéantis. J’ai toujours aimé aller à l’école et je fais partie des filles chanceuses dont les parents sont passionnés par l’éducation des petites filles. Malheureusement, j’ai dû quitter l’école à cause de la crise dans ma communauté . »

Je suis ravie d'être sur la bonne voie pour devenir médecin
Endurance

L’histoire d’Endurance n’est pas rare. Le système éducatif du nord-est du Nigeria a été touché par la crise, laissant des générations d’enfants sans possibilité d’apprendre et même encore plus vulnérables. Selon le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), pas moins de 2 295 enseignants ont perdu la vie et 1 400 écoles ont été détruites dans le nord-est du Nigeria depuis 2009. En conséquence, 2,8 millions d’enfants de la région ont besoin d’une éducation, 75 % des enfants des camps de déplacés n’étant pas scolarisés.

Pour remédier à ce problème, le Service Jésuite des Réfugiés a commencé à lancer le Programme d’Apprentissage Accéléré (Accelerated Learning Program, ALP) dans les États de Borno et d’Adamawa. Le projet vise à favoriser l’accès des enfants à l’éducation formelle en soutenant l’éducation non formelle, qui laisse une marge de manœuvre pour enseigner la lecture, l’écriture et le calcul avant que les enfants ne soient réintégrés dans les classes et le programme de l’éducation formelle.

Les enfants anciennement déscolarisés avec leurs parents et leurs enseignants, Azare, Nigeria.

Le rêve d’Endurance de devenir médecin a été ravivé en 2021 lorsqu’elle a été sélectionnée avec 60 autres enfants pour être réintégrée dans le système éducatif formel dans l’une des écoles soutenues par le JRS à Azare, qui est gérée en collaboration avec l’Éducation de base universelle de l’État d’Adamawa (SUBEB).

En racontant son expérience, Endurance déclare: « Je suis tellement heureuse d’être l’une des enfants sélectionnés pour le programme. On nous enseignait deux sujets : les mathématiques et l’anglais. Celui que je préfère est l’anglais. On m’a également fourni du matériel d’apprentissage et des collations pendant toute la durée du programme. J’ai apprécié tous les cours organisés par le JRS, ils m’ont permis de me remettre à niveau puisque j’avais quitté l’école depuis cinq ans. »

Souriante, Endurance a annoncé qu’elle avait de bonnes nouvelles à partager.

« J’ai été admis à l’école secondaire de premier cycle de la Government Junior Secondary School, Azare, État d’Adamawa. Je n’aurais pas pu le faire sans le soutien du JRS Nigeria. Ma mère s’est engagée à me soutenir jusqu’à la fin de mes études secondaires et je suis ravie d’être sur la bonne voie pour devenir médecin. »

 

 

Le projet ALP a été financé par l’Église catholique, qui alloue une partie de la part de huit pour mille du revenu total de l’impôt sur le revenu à des activités caritatives dans les pays du tiers-monde, et a été mis en œuvre de 2020 à 2022.