Thaïlande : l’éducation apporte de l’espoir pour l’avenir d’un étudiant réfugié

15 December 2021

En tant que jeune réfugié en Thaïlande, Peter a un grand rêve : terminer son parcours scolaire afin d'aider les jeunes générations à déterminer leur propre avenir.

Peter* est un garçon de 11 ans qui vit dans le camp de réfugiés de Ban Mai Nai Soi, dans le nord de la Thaïlande. Ses parents y ont été amenés pour la première fois en 2007 afin d’échapper à la violence permanente dans leur pays d’origine, l’État Karenni du Myanmar, et ils y vivent depuis lors.

Même si Peter est très jeune, il a fait preuve d’un haut niveau de responsabilité et d’un fort penchant pour l’enseignement. Sa passion pour l’école est inspirée par l’amour qu’il porte à ses parents : « Je peux sentir à quel point ils m’aiment. Je les aime aussi et je m’occuperai des deux de la même manière. »

Peter poursuit : « Voilà pourquoi je fais vraiment de mon mieux pour bien réussir mes études, afin de pouvoir les aider. Bien que nous soyons pauvres, ils ne manquent pas de m’enseigner les bonnes valeurs de la vie. Ils me recommandent toujours de respecter mes professeurs, car ils sont mes parents à l’école. »

Grâce à sa famille, Peter a développé une admiration pour ses professeurs et aspire désormais à en devenir un : « Mes professeurs sont doués pour enseigner, c’est pourquoi je suis triste lorsque certains élèves ne les respectent pas. Je veux devenir un bon professeur à l’avenir. Je veux aider les nouvelles générations pour qu’elles changent et améliorent leur vie. »

Au camp, Peter s’est entièrement consacré à ses études. En tant que responsable d’un groupe d’étude, il réalise des activités d’enseignement entre pairs à la maison, encouragé à la fois par son école et par le JRS.

À l’école, il a remporté plusieurs fois le prix de « étudiant de l’année » et il participe au programme Education with a Heart, qui encourage les élèves à faire le bien dans leur communauté.

Je veux devenir un bon professeur à l'avenir. Je veux aider les nouvelles générations pour qu'elles changent et améliorent leur vie.
Peter

Comme le raconte fièrement sa mère, Peter met en œuvre cet esprit dans sa vie quotidienne. Après l’école, il accomplit les tâches ménagères sans qu’on le lui demande, par exemple il va chercher de l’eau, ramasse du bois de chauffage et prépare les repas.

« J’ai un grand rêve pour Peter », dit sa mère avec beaucoup d’émotion. « Je veux qu’il termine ses études et reçoive une excellente éducation afin qu’il puisse trouver un bon emploi plus tard et qu’il ait une vie agréable. Je ne veux pas qu’il souffre comme nous l’avons fait. Nous n’avons pas fait d’études, et il nous est donc difficile de trouver un emploi. »

La mère de Peter poursuit : « Je suis simplement heureuse que mon fils reçoive une bonne éducation ». Mais, admet-elle, son avenir n’est pas certain. « Ma seule inquiétude est lorsqu’il passera au niveau supérieur, après le lycée, car il y aura des frais de scolarité, mais nous n’avons pas de source de revenu. »

À la suite d’une rencontre avec le personnel du JRS, la mère de Peter a été invitée à rejoindre les réunions du Groupe d’amitié Familiale du JRS, afin de pouvoir participer au projet communautaire d’élevage de cochons. Elle aura désormais accès à une petite source de revenus et pourra soutenir le rêve de Peter de recevoir une éducation, gardant ainsi l’espoir de son fils.

* Les noms ont été changés pour des raisons de confidentialité.