Myanmar: les personnes déplacées internes (PDI) se souviennent de leur foyer

03 January 2022

En février dernier, les troubles politiques au Myanmar ont laissé des milliers de personnes dans l’obligation de survivre au milieu d’enlèvements, d’arrestations sans mandat et de violences sexuelles. Les conséquences du coup d’État militaire ont exacerbé les problèmes de sécurité alimentaire, d’inflation et de pauvreté, sans compter les effets de la pandémie de COVID-19.

Dans tout le pays, les opposants au coup d’État et leurs familles sont poursuivis par la junte et font l’objet d’enlèvements, de tortures et de détentions. De nombreux rapports racontent d’attaques militaires contre des civils, notamment dans les régions les plus durement touchées comme l’État de Kayah.

L’un des principaux défis est représenté par les centaines de milliers de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI). Ayant été forcées de fuir leurs maisons, les PDI ont maintenant besoin d’abris, d’eau, de nourriture, de carburant et de soins de santé. Sans ces éléments essentiels, elles risquent de mourir de faim, de tomber malade ou d’être exposées.

Dans les témoignages suivants, des personnes déplacées à l’intérieur du Myanmar réfléchissent à la signification de leur foyer à travers les souvenirs de ce qu’elles ont laissé et les objets qui sont venus représenter la sécurité dans le déplacement.

 

 

JB

IDPs in Myanmar use slingshots to hunt and protect themselves

“Cette fronde est un morceau de maison pour moi. Où que j’aille, elle est toujours avec moi. Je chasse les oiseaux avec ça. Je libère le bétail avec l’aide de cette fronde. Je me sens en sécurité quand je le tiens et quand le danger est sur le point d’arriver, c’est l’arme que je peux utiliser pour me protéger.”

 

Sue

A pink dress reminding IDPs in Myanmar of home.

“Ma meilleure amie me manque. Elle s’appelle Nan Z. P. et nous étions très proches et partagions tout ce que nous avions. Après avoir été déplacée pendant plus de deux mois, je n’ai jamais vu ni eu de nouvelles d’elle. Cette belle robe rose qu’elle m’a donnée est un morceau de chez elle qui me rappelle les moments heureux et paisibles que nous avions ensemble avant le coup d’État.”

 

Un réfugié de retour au pays, déplacé pour la deuxième fois

A cooking pot is an essential item for IDPs in Myanmar.

“Pour moi, la maison n’a jamais été certaine car il y a beaucoup de conflits armés partout après le coup d’État. Mais pour nous, une casserole et une allumette sont une pièce très importante de la maison. Car où que nous soyons, lorsque nous fuyons les conflits armés, cette casserole et cette allumette nous servent. Nous en avons besoin pour cuisiner de la nourriture pour survivre. Nous pouvons faire bouillir l’eau potable et cuire les aliments. Et en allumant le feu, l’allumette nous procure de la chaleur.”

 

Ne

For IDPs in Myanmar, tarpaulin tents are the closest thing to a home.

“Quand j’ai entendu le mot maison, j’ai imaginé la tente dans laquelle je vis. Même si elle n’est pas entièrement équipée comme ma maison au village, elle nous donne de la chaleur et nous protège de l’humidité. Elle a l’ombre de la maison, et c’est la maison actuelle pour moi.”

 

Phaw

Tarpaulin is an essential material to build tents and protect families from the rain in Myanmar.

“D’après mon expérience, la bâche est un morceau de la maison lorsque nous sommes déplacés. Nous en avons besoin pour construire une tente temporaire et il est plus facile de l’amener avec nous lorsque nous nous déplaçons. Elle peut fournir un endroit où ma famille peut rester et dormir. Elle nous protège également de la pluie et nous tient chaud.”

 

Ray

Makeshift tent protecting IDPs in Myanmar.

“Maison”

Mon rêve de maison n’était pas si grand
Juste un endroit, mon espace préféré
Plein d’amour, de rires et de bonheur
Toujours en train de prier pour le bien de tous

Ma vraie maison n’est pas si grande,
elle n’est pas grandiose,
des bruits effrayants
réveillent mon profond sommeil,
j’aimerais que mon petit espace soit en sécurité.

Les gens disent que la douce maison
est l’endroit où l’amour fleurit ?
Mais maintenant, seule la peur a grandi.
Où est notre douce maison ?