Mon expérience comme réfugié

22 June 2020

Lors de notre Journée mondiale des réfugiés 2020 : Partager la vie des réfugiés, l’intervenant Taban Patrick Consantino SJ nous a parlé de son expérience de jeune réfugié en Ouganda, de son parcours vers la prêtrise jésuite et de sa vocation à défendre les droits des marginalisés.

Je m’appelle Taban Patrick Consantino SJ ; Je suis né au Soudan du Sud en 1987. J’ai grandi dans le camp de réfugiés de Magburu, à Adjumani, en Ouganda. J’ai deux frères et deux sœurs. Mes parents et frères et sœurs ont été rapatriés au Soudan du Sud en 2008, de nouveau forcés de partir en 2016. Actuellement, ils vivent dans différents camps de réfugiés en Ouganda.

Le nom « Taban » est un mot arabe, qui signifie « fatigué ». Ce nom m’a été donné à la lumière des expériences de la guerre et il reflète également les expériences ultérieures des camps de réfugiés. J’ai vécu et entendu beaucoup d’histoires sur ce que signifie grandir en tant que réfugié. Être fatigué est une façon de voir les choses. Pour moi, il est important d’explorer d’autres perspectives, afin de mettre en évidence non seulement les aspects négatifs de l’expérience, mais aussi la possibilité de s’élever au-dessus des difficultés et de l’amertume.

Ma vision du monde en grandissant dans un camp de réfugiés était pleine de négativité : impuissance, faim, soif, nudité, solitude, haine, etc. Mais à un moment donné, j’ai commencé à voir que même si j’étais dans une situation indésirable, je n’y ai pas été condamné. Avec le temps, l’espoir s’est accru au fur et à mesure que j’ai commencé à reconnaître les bénédictions et les possibilités qui étaient présentes, même dans cette situation.

Je me souviens souvent des moments où je ne mangeais pas à ma faim et où je n’avais pas suffisamment de vêtements. Maintenant, quand je vois des enfants grandir dans une situation similaire, je ne peux pas me retenir de vouloir les écouter et d’offrir tout ce que je peux pour les aider. Ayant été là moi-même, je peux me connecter facilement avec leur expérience de manque et d’impuissance.

Dans le camp de réfugiés, ce qui semblait le plus important étaient les besoins immédiats, et pour moi, l’éducation n’était pas l’un d’entre eux. C’est ma mère qui m’a appris à considérer l’éducation comme une priorité. Quand j’avais sept ans, elle m’a emmené à l’école maternelle. Le premier jour, j’ai été choqué ; J’ai chanté et on m’a donné de la bouillie avec du sucre pour le petit déjeuner. Mais ça n’a jamais eu de sens pour moi. Le lendemain, j’ai dit à ma mère que je ne voulais pas aller à l’école maternelle. Alors elle m’a emmené à la section primaire, où je n’avais pas besoin d’un certificat d’admission. Je devais juste savoir mettre ma main droite sur ma tête et de toucher mon oreille gauche. J’ai échoué le test, mais j’ai été admis de toute façon. Il n’y avait pas de salles de classe. J’ai assisté à des cours à l’ombre des arbres et j’ai écrit sur le sol. Cela n’avait toujours pas de sens pour moi, alors j’ai demandé à ma mère de s’asseoir avec moi pendant que j’assistais aux cours, sinon je rentrais à la maison.

Le drame de l’enfance s’est poursuivi jusqu’au jour où ma mère m’a surpris avec une question qui a changé ma vie pour toujours. Elle m’a demandé : « Mon fils, que veux-tu dans la vie ? » J’ai répondu : « Maman, je veux que tu m’achètes un chien, un radiocassette, et une moto. » Elle m’a regardé et a souri et m’a dit : « Fils, je vais t’acheter un chien et un radiocassette. » Partiellement heureux, je lui ai demandé : « Et la moto ? » Elle a répondu : « tu vas t’acheter toi-même la moto. » J’ai été surpris et j’ai demandé : « Comment puis-je acheter une moto alors que je ne suis qu’un enfant ? » Puis elle a répondu : « tu ne pourras l’acheter que si tu vas à l’école. » Puis le lendemain, elle a tenu sa promesse et m’a acheté un chien et un radiocassette, puis m’a dit de faire ma part en allant à l’école. Plus tard, je me suis passionné pour l’école. J’ai travaillé si dur pour bien réussir afin d’acheter une moto. Ma mère m’a vu et m’a appris l’importance de l’éducation pour briser le cycle de la pauvreté et réaliser ses rêves.

Mon voyage de vocation sacerdotale jésuite a commencé quand j’ai été initié à la foi catholique dans le camp. Après mon baptême, j’ai joué un rôle actif en tant qu’enfant de chœur et membre de la chorale. Cette expérience m’a fait connaitre les Jésuites qui travaillaient avec le Service Jésuite des réfugiés et qui offraient des services pastoraux aux réfugiés. Leur pastorale et leurs exemples ont suscité mon désir précoce de devenir prêtre. Plus tard, j’ai rejoint le petit séminaire.

Lorsque j’ai terminé mon certificat général d’éducation, j’ai eu le privilège d’obtenir le soutien de JRS pour terminer mon baccalauréat au cours duquel j’ai travaillé avec eux. C’est grâce à cette expérience que j’ai vu comment les réfugiés souffraient et comment JRS les soutenait pour qu’ils s’éduquent et deviennent autonomes. J’ai commencé à considérer la vie jésuite comme un moyen possible d’avoir un impact dans la vie des autres.

J’ai rejoint les Jésuites en 2010, et le voyage de formation m’a conduit en Tanzanie, en Inde, en Éthiopie, au Kenya, et maintenant, à Rome, où je fais des études en sciences sociales. Il est difficile pour les enfants réfugiés d’imaginer ce genre de voyage, et beaucoup d’entre eux, par manque de soutien, sont coincés dans le cycle de la pauvreté et du désespoir.

Mais la bonne nouvelle, c’est que je peux faire quelque chose. Je peux être une bénédiction en m’associant à un événement, en soutenant les entreprises appartenant à des réfugiés, des prières et des dons. Je peux m’impliquer dans ce que fait JRS pour transformer la vie de nombreux réfugiés pendant qu’ils les accompagnent et les servent, et défendent leurs droits. JRS est une grande partie de mon histoire et beaucoup d’autres histoires comme elle.