Liban : S’accrocher fermement à la vie

24 avril 2019

Les femmes et leurs enfants se réunissent au Liban pour partager des histoires. (Jesuit Refugee Service)
Les femmes et leurs enfants se réunissent au Liban pour partager des histoires. (Service Jésuite des Réfugiés)

Beyrouth – Le service jésuite des réfugiés (JRS) a mis en œuvre une nouvelle technique de suivi et d’évaluation, le Changement le Plus Significatif (Most Significant Change – MSC), qui se concentre sur les résultats et l’impact de nos services à travers des histoires de changement. MSC permet aux histoires et aux expériences inestimables des réfugiés de façonner leur avenir et d’améliorer le travail de JRS. Il nous permet d’accompagner les réfugiés dans leur voyage, de marcher à leurs côtés et d’entendre leurs histoires.

Lors d’un récent atelier du MSC au Liban, Noor, un réfugié syrien, a réfléchi à l’impact des services de JRS sur sa vie.

J’ai essayé de me suicider deux fois. La première fois, je me suis jetée dans la mer. La deuxième fois, j’ai pris des analgésiques. J’ai survécu de toute façon.

Mon principal problème à l’époque était ma belle-mère. Elle me terrifiait. J’étais constamment hantée par l’idée qu’elle allait me tuer. Je ne pouvais pas manger un repas préparé par elle, pensant qu’elle l’avait empoisonné. Quand la guerre a commencé, mon mari a décidé de déménager au Liban. Quand tout le monde était effrayé et terrifié par la guerre, moi je pensais que la guerre me fournissait l’évasion et la distance nécessaires par rapport à ma belle-mère.

Lorsque nous avons déménagé au Liban, nous avons vécu dans une très petite chambre, et les choses ont été plus folles pour moi. J’étais loin de ma belle-mère, mais j’étouffais dans une pièce de trois mètres. Nous ne pouvions pas sortir à cause de nos problèmes financiers ; nous vivions dans le stress, alors j’ai essayé de me suicider une troisième fois, mais j’ai encore survécu. C’est alors que mon voisin m’a parlé de JRS. J’ai commencé des séances de thérapie. Les choses se sont améliorées : je récupérais et je regagnais espoir. Un jour, pendant que je l’allaitais, mon fils m’a dit : « maman, il y a un ballon dans ta poitrine. » Le docteur a confirmé mon soupçon : « J’ai un cancer du sein. »

Je n’avais pas de bonnes options. Je devais faire une opération au Liban si je voulais vivre, alors je l’ai fait.
Noor, participante du Changement le Plus Significatif de JRS

Financièrement, la situation était très difficile, et retourner en Syrie était impossible. Ayant réussi à collecter l’argent pour l’opération, j’avais encore besoin de séances de chimiothérapie et de médicaments. Cependant, nous ne pouvions pas nous le permettre.

Nous étions la seule famille syrienne dans le voisinage, et nos voisins connaissaient bien notre situation. Ainsi, certains d’entre eux ont laissé de l’argent sous la porte et d’autres ont acheté mes médicaments. Je me suis aussi coupé les cheveux et je les ai vendus, mais l’argent que j’ai reçu couvrait à peine le coût d’une seule séance de chimiothérapie. Les enfants ont finalement compris notre situation désespérée et ils ont voulu vendre leurs jouets et leurs vêtements pour nous aider. Mon mari et les enfants m’ont surpris un jour quand ils sont rentrés avec des têtes rasées ! Mon plus jeune fils m’a dit : « Regarde Maman, on te ressemble tous maintenant ! Nous avons tous la même apparence !

Le soin que j’ai reçu à la maison quand j’étais malade était au-delà de toute espérance, toute l’atmosphère a changé. Mon mari et moi, nous nous sommes rapprochés. Mes enfants ont commencé à aider avec les tâches ménagères et se sont mieux comportés à l’école. Ils sont devenus plus sérieux et ont commencé à étudier plus assidûment. L’espoir et l’ambition remplissaient leur cœur pour devenir médecins.

Le cancer m’a appris à m’accrocher plus fermement à la vie. De ne rien prendre pour acquis.
Noor, participante du Changement le Plus Significatif de JRS

Pour l’anniversaire de mon fils, j’ai rassemblé tout mon courage et je suis allée lui chercher un gâteau. Je voulais vivre chaque instant avec eux. J’ai commencé à aimer la vie, je voulais vivre au moins pour mon petit garçon. Il était encore trop jeune pour survivre sans mère. J’avais besoin de vivre pour lui. J’apprécie maintenant chaque instant. Les levers et couchers de soleil ont plus de valeur. Une tasse de café avec mon mari a un goût spécial.

Quand j’ai finalement récupéré du cancer, j’ai décidé de surmonter ma peur et d’appeler ma belle-mère pour voir comment elle allait. JRS, par l’entremise du psychologue, m’a aidé à surmonter un grand nombre de mes problèmes, les insécurités et la dépression. Leur accompagnement pendant ma maladie était tout le soutien dont j’avais besoin.

En savoir plus