De l’Afrique du Sud au Malawi : Partager un repas

08 mai 2019|Écrit par Lukas Gilius, assistant financier JRS international

Le personnel de JRS visite un camp de réfugiés au Malawi. (Jesuit Refugee Service)
Le personnel de JRS visite un camp de réfugiés au Malawi. (Service Jésuite des Réfugiés)

Johannesburg – Après des mois de comptabilité devant un écran au Bureau international du Service Jésuite pour les Réfugiés (JRS) à Rome, il était enfin temps d’acquérir une expérience de terrain. Ma première mission a été de rejoindre le Bureau régional de l’Afrique australe. Pour ma première journée complète, mes collègues m’ont envoyé voir nos projets urbains à Pretoria, la capitale de l’Afrique du Sud.

À notre première destination, le centre Arrupe de compétences pour les femmes, les réfugiés s’entraînent en la cosmétologie, massage, épilation à la cire et en soins des ongles. J’ai fait des rondes pour parler avec chacun des enseignants, et j’ai même eu l’occasion de m’asseoir dans certaines classes. J’ai été grandement impressionné par les enseignants et le personnel qui sont dévoués afin de permettre aux réfugiés d’accéder à ces possibilités. L’engagement des élèves à s’améliorer et leur désir d’être actif dans leur nouvelle communauté a été une source d’inspiration. Ma nouvelle communauté m’a accueilli chaleureusement, et je me demandais si j’avais pris cela pour acquis alors que de nombreux réfugiés rencontrent l’hostilité et la xénophobie dans leurs foyers d’adoption.

Nous avons ensuite effectué des visites à domicile, offrant d’abord un soutien psychosocial à un homme de 43 ans qui a contracté le VIH en prison. Malgré les nombreux défis qu’il a rencontrés, il est clair qu’il n’a pas perdu sa passion pour la vie.

Sa résilience est frappante parce que l’espoir qu’il détient se propage facilement à tous ceux qui l’entourent.
Lukas Gilius, assistant financier JRS international

Nous avons également rencontré un réfugié congolais qui a subi un accident vasculaire cérébral peu après son arrivée à Johannesburg. Les familles sud-africaines s’attendent traditionnellement à ce que l’homme soit le soutien de famille, de sorte que sa mauvaise santé a eu un impact sur sa mère et son fils. Les travailleurs sociaux de JRS fournissent des conseils pour soulager le stress et de la physiothérapie pour l’aider à marcher. J’ai ensuite pu partager un repas avec l’équipe de visite à domicile, et nous avons réfléchi à l’important travail accompli. Nous nous sommes sentis honorés que les réfugiés nous acceptent dans leur vie, même après avoir été exclus de leur propre communauté. Ils nous ont permis de comprendre leurs situations difficiles, et j’ai pu comprendre l’importance des services fournis par JRS.

Le personnel de JRS s’assied pour partager un repas ensemble. (Service Jésuite des Réfugiés)
Le personnel de JRS s’assied pour partager un repas ensemble. (Service Jésuite des Réfugiés)

À travers tout cela, j’ai été rapidement en mesure de développer une compréhension plus profonde et une connexion avec ceux que je sers. Les réfugiés sont confrontés à d’immenses défis après avoir été déracinés de leurs foyers et contraints d’en chercher un nouveau. En voyant leur réalité, je me suis rendu compte de la portée des obstacles auxquels ils sont confrontés, comme le manque d’accès aux soins, la xénophobie, les exigences bureaucratiques excessives et dissuasives. Dans un monde où chaque force semble travailler contre les réfugiés, je suis heureux de faire partie d’une organisation qui les soutient activement.

Après l’Afrique du Sud, j’ai voyagé à Lilongwe, la capitale du Malawi, pour avoir une idée de la façon dont JRS travaille dans une zone rurale et d’en apprendre davantage sur les réfugiés vivant dans les camps. Le camp de Dzaleka accueille 34 000 réfugiés en provenance de la République démocratique du Congo (RDC), de l’Éthiopie et du Burundi. Nous avons d’abord visité un laboratoire d’apprentissage numérique où les réfugiés apprennent le codage comme le CSS et le HTML pour gagner leur vie en ligne. Cela est extrêmement bénéfique car les réfugiés ne sont pas autorisés à travailler à l’intérieur du pays, et beaucoup dépendent d’opportunités numériques pour gagner leur vie. Nous avons également eu l’occasion de siéger dans une classe d’école primaire où les élèves apprenaient à mesurer les angles, et une classe d’école secondaire où ils lisaient Macbeth. J’ai assisté à une immense passion d’apprendre. L’école primaire héberge à elle seule 4 000 étudiants, et un autre 4 000 ont besoin d’une place à l’école.

Dzaleka est bien établie et a plusieurs restaurants et des marchés. Je me suis assis pour un autre repas, mais avec une nouvelle faim pour revenir sur le terrain et témoigner des nombreux défis injustes auxquels sont confrontés les réfugiés et les demandeurs d’asile, y compris ceux que j’ai rencontrés. Le manque de soutien émotionnel et le manque d’intégration auxquels de nombreux réfugiés font face pourraient être en partie résolu avec quelque chose d’aussi simple qu’une conversation au cours d’un repas.

L’acte de manger ensemble brise les barrières car tout le monde vient à la table pour une cause singulière.
Lukas Gilius, assistant financier JRS international

L’appel est simple, partager la nourriture, mais la conversation peut être profonde. En discutant de ce que chacun peut faire pour soutenir les réfugiés, nous sommes capables d’écouter et de digérer, en faisant le premier pas vers un monde où chacun peut atteindre la protection, l’opportunité et la participation.

En savoir plus