Année ignatienne : Se soutenir mutuellement lors d’une crise humanitaire

19 August 2021

Le JRS Aleppo célèbre l'anniversaire du Père Mourad Abou Seif SJ en 2013. Le groupe tient en main les noms des membres de l'équipe qui avaient quitté la Syrie. Certains d'entre eux sont toujours portés disparus aujourd'hui, comme Samar et Mouhamad, qui ont été kidnappés par ISIS. Pour Wail, cette photo représente la réussite du projet grâce à l'engagement de tous les membres de l'équipe au service des personnes déplacées.

Wail Halou est assistant comptable au Département des Finances du Bureau International du JRS à Rome. Il est originaire d’Alep, en Syrie, où il a créé la fondation Aleppo Family Volunteers au début de la guerre syrienne, en partenariat avec le JRS. Il a ensuite travaillé avec le bureau régional du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) pour gérer et soutenir toutes les subventions et les opérations syriennes à distance. Il vit en Italie depuis 2016.

Quand avez-vous rejoint le JRS et que faites-vous dans votre poste actuel ?

J’ai appris l’existence du JRS en 2011, lorsqu’un de mes amis travaillait avec eux sur un projet d’aide aux réfugiés irakiens en Syrie. Avant la Bataille d’Alep en 2012, de nombreuses personnes déplacées syriennes provenant de villes comme Homs ont commencé à entrer à Alep. Ils n’avaient pas accès aux services de base. Ainsi, avec un petit groupe d’amis, nous avons créé la fondation Aleppo Family Volunteers. Finalement, d’autres personnes nous ont rejoints, dont le Père Mourad Abou Seif SJ. Ce dernier nous a offert un espace dans la résidence des jésuites, ce qui nous a en quelque sorte placés sous l’égide de l’église.

En partenariat avec la communauté jésuite d’Alep, nous avons utilisé l’espace comme centre de distribution. Nous fournissions des vêtements, des médicaments et nous aidions à trouver un logement. Le projet est ensuite devenu l’un des plus importants de la ville. Lorsque le conflit a commencé dans l’est d’Alep, de nombreuses personnes déplacées dans cette zone ont cédé à la panique et ont fui vers un parc local dans la partie ouest de la ville pour trouver un endroit sûr. C’était le premier jour du Ramadan, et des bénévoles du centre et moi-même leur avons apporté de la nourriture pour qu’ils puissent manger au moment de la rupture du jeûne.

Notre mission principale était d’être aux côtés des personnes déplacées tout au long de cette épreuve. Nous avons beaucoup appris les uns des autres, à travers tous ces petits détails. Nous les avons soutenus et, en retour, ils nous ont soutenus par un sourire précieux, un compliment ou une simple discussion autour d’une tasse de thé ou de café. Nous avons célébré leurs mariages, leurs naissances, leurs fêtes et, parfois, leur tristesse et leurs larmes.

J’ai ensuite travaillé pour le JRS auprès de son bureau régional MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) à Beyrouth, où j’ai géré à distance les finances et les subventions pour toutes les opérations en Syrie de 2013 à 2016. J’ai commencé à occuper mon poste actuel au Département des Finances du Bureau International de Rome en 2021, et je contribue à soutenir la gestion de toutes les interactions financières des bureaux régionaux et nationaux du JRS.

Qu’est-ce qui vous a poussé à servir les réfugiés ? Avez-vous un moment “boulet de canon” qui vous a conduit à consacrer votre vie aux marginaux?

J’étais au milieu d’une terrible crise humanitaire et je disposais d’un réseau de personnes qui, comme moi, étaient désireuses d’aider les personnes déplacées. C’était naturel pour moi, car j’ai grandi dans une famille qui avait pour priorité d’aider les personnes en difficulté. Quand j’étais enfant, ma mère avait l’habitude de se rendre dans les quartiers pauvres de la ville pour aider les gens qui y vivent, et elle le fait toujours aujourd’hui. Nous avions une entreprise familiale florissante et nous pensions qu’il était de notre responsabilité d’aider ceux qui n’avaient pas cette chance. Même lorsque la vie vous donne des opportunités, on m’a appris qu’il fallait toujours considérer que vous pouviez être de l’autre côté de la chance. L’une des choses sur lesquelles j’ai insisté auprès de l’équipe de volontaires, c’est qu’ils aident les personnes déplacées de la même manière qu’ils aimeraient être traités s’ils étaient à leur place. Il est important de permettre aux personnes en difficulté de conserver avant tout leur dignité.

Mon moment “boulet de canon” a été, bien sûr, la guerre en Syrie. Mais même avant cela, je repense aux employés de l’entreprise de ma famille. En Syrie, nous avons une grande différence entre les classes sociales. Vous pouvez vous rendre dans un quartier d’Alep où les gens vivent dans de grandes maisons luxueuses, puis aller dans une autre partie de la ville où la pauvreté est si effarante que vous avez l’impression d’être dans une autre ville tout entière. Cet écart m’a profondément touché.

L’arrivée de tant de personnes déplacées à Alep a été un appel à l’action. Nous voulions aider autant de personnes que possible. C’était l’été et les écoles étaient fermées, alors nous les avons transformées en refuges. Dans chaque classe, nous avons utilisé des rideaux pour créer quatre zones séparées pour quatre familles. Nous avons ensuite pu créer un centre d’éducation pour les enfants des personnes déplacées. J’ai été impliqué dans le démarrage et tous les aspects logistiques du projet ; j’ai même supervisé les finances. Je supervisais les opérations tous les jours de 8h00 à 22h00. Ensuite, j’allais chez mon cousin (qui a également participé à la création d’Aleppo Family Volunteers) et je travaillais sur la comptabilité pour documenter le travail que je faisais chaque jour. Je me contentais de quatre ou cinq heures de sommeil, mais j’étais déterminée à être là pour ces familles.

Y a-t-il quelque chose de la vie de Saint Ignace qui vous inspire dans votre travail pour le JRS ?

La vie de Saint Ignace est effectivement inspirante, mais dans mon expérience personnelle, je suis inspiré par les Jésuites en général. La communauté des volontaires était très hétérogène. Bien que nos religions et nos cultures soient différentes, nous nous sommes tous sentis liés à la mission des Jésuites. Nous avons été inspirés par leur humilité, leur ouverture d’esprit et leur capacité à s’engager dans le dialogue interreligieux, leurs projets de réconciliation, et la sincérité de leur amitié avec nous. Ces qualités nous ont changés, et nous avons vu la valeur de travailler de cette manière. Je suis toujours ami avec le P. Mourad SJ et de nombreux jésuites qui étaient avec nous à Alep. Je reste également en contact avec le père Nawras Sammour SJ, qui était le Directeur Régional du JRS MENA.

Le pape François dit : « Personne ne se sauve tout seul. Soit nous sommes sauvés ensemble, soit nous ne sommes pas sauvés. » Comment ce message évoque-t-il votre expérience avec les personnes déplacées de force ?

Nous pouvons appliquer cette citation à tous les problèmes qui se produisent dans le monde, de la réalité des réfugiés au changement climatique. Il y a un conflit mondial qui affecte toute l’humanité. Si nous pouvions faire en sorte que tout le monde adhère à ce message, nous pourrions résoudre de nombreux problèmes mondiaux. Les gens regardent les crises se dérouler sur leurs écrans de télévision et beaucoup choisissent de se déconnecter de ces situations. Le déplacement forcé est double : il y a les personnes qui sont forcées de quitter leur pays et leur communauté et il y a les personnes qui accueillent et soutiennent ces réfugiés et ces personnes déplacées. Il est beaucoup plus facile d’être du côté de ceux qui accueillent, accompagnent et soutiennent les réfugiés que d’être du côté de ceux qui sont en crise. Cela semble simple, mais comme le dit le pape François, « nous sommes tous dans le même bateau ». Si nous n’aidons pas les gens, leurs crises finiront par devenir un lourd fardeau pour tout le monde, et le bateau va couler. Notre seule façon d’avancer est de ramer tous ensemble.