Année ignatienne : L’évêque des fauteuils roulants

01 July 2021

Enrique "Kike" Figaredo SJ est le Préfet Apostolique de Battambang, au Cambodge, où il est connu comme "l'évêque des fauteuils roulants", pour son aide humanitaire aux victimes de mines terrestres. (Photo: SAUCE)

Enrique “Kike” Figaredo SJ est le Préfet Apostolique de Battambang, au Cambodge, où il est connu comme “l’évêque des fauteuils roulants”, pour son aide humanitaire aux victimes de mines terrestres. Originaire du nord-ouest de l’Espagne, il a travaillé avec le JRS à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge dans les années 80 et 90. Il continue à travailler avec les réfugiés au Cambodge, principalement les Montagnards (Dega) du Vietnam et maintenant les personnes fuyant le Myanmar.

Quand avez-vous rejoint le JRS et que faites-vous dans votre rôle actuel ?

J’ai coopéré avec le JRS pendant 37 ans. Lorsque j’étais scolastique jésuite en Espagne, j’étudiais l’économie et la philosophie. L’un de mes professeurs m’a présenté le travail du Père Pedro Arrupe SJ et il m’a encouragé à rejoindre le JRS. J’ai écrit à mon directeur provincial pour lui demander sa permission, qu’il a accordée. Un an plus tard, j’ai reçu une lettre de Mark Raper SJ (le premier Directeur Régional du JRS dans la région Asie-Pacifique) à Bangkok, qui m’a écrit pour me souhaiter la bienvenue dans leurs projets dans les camps à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, où ils aidaient les réfugiés du Laos, du Cambodge et du Vietnam.

Avant de partir en Thaïlande, j’ai fait mon premier voyage à Rome pour rendre visite au Père Arrupe. Il était déjà assez affaibli et se déplaçait en fauteuil roulant, mais sa foi profonde et sa compassion étaient fortes. Nous avons parlé du travail que j’allais faire dans les camps. « Dieu veut que je reste à Rome, mais vous irez à ma place », il a dit. C’était un moment émouvant et j’ai eu l’impression d’avoir reçu la bénédiction d’un sage ancien.

La plupart des personnes déplacées de force que le JRS aidait étaient handicapées à cause d’accidents de mines terrestres. J’ai aidé à coordonner le travail dans les petits centres que nous avons développés pour que les réfugiés puissent acquérir des compétences techniques. Quelques années plus tard, je suis retourné en Espagne pour terminer mes études et j’ai été ordonné prêtre jésuite. À cette époque, j’ai pris conscience de mon engagement envers les réfugiés des camps frontaliers thaïlandais et je suis immédiatement revenu.

Après de nombreuses années de travail avec les réfugiés et l’église au Cambodge, j’ai été nommé préfet apostolique de Battambang en 2000. Je suis actuellement l’agent de liaison du JRS, et j’ai contribué à la création du Centre Arrupe où nous fournissons des moyens de subsistance, des projets éducatifs et des soins de santé aux réfugiés handicapés. J’ai distribué tellement de fauteuils roulants dans la communauté que l’on m’appelle « l’évêque des fauteuils roulants ».

Les réfugiés handicapés que j'ai eu le privilège d'accompagner ont transformé ma propre vie. Ce fut un cadeau d'avoir l'occasion de les aider à trouver l'espoir, l'indépendance et la mobilité
Fr Kike Figaredo SJ, Prefecto Apostólico de Battambang, Camboya

Qu’est-ce qui vous a amené à servir les réfugiés ? Avez-vous un moment « boulet de canon » qui vous a conduit à consacrer votre vie aux personnes marginalisées ?

À la manière des jésuites, l’inspiration pour être avec eux vient de La Storta, la petite église de Rome où saint Ignace et deux autres compagnons voyageaient. Alors qu’il priait là, saint Ignace a eu une vision dans laquelle il a vu Dieu, le Père et le Christ portant la croix. Dieu a demandé à Ignace de prendre le Christ comme son serviteur, tandis que le Christ assurait à Ignace qu’il lui serait favorable à Rome.

J’ai passé de nombreuses années avec des personnes qui, comme Ignace, ont été blessées à cause de la guerre. Les blessures d’Ignace l’ont amené à la conversion et à la transformation. Les réfugiés handicapés que j’ai eu le privilège d’accompagner, dont beaucoup ont lutté et se sont battus pour leur vie, ont transformé ma propre vie. Ce fut un cadeau d’avoir l’occasion de les aider à trouver l’espoir, l’indépendance et la mobilité, d’être témoin de leur force et de leur ingéniosité.

Par exemple, il y a quelques années, un groupe de réfugiés a décidé qu’il voulait fabriquer des guitares électriques pour en jouer pendant la fête de Noël. Je leur ai dit : « Nous sommes dans des camps sans électricité ». Ils m’ont dit de ne pas m’inquiéter : si je pouvais leur apporter les pièces, ils s’occuperaient du reste. Je me suis rendu en Thaïlande pour leur apporter les éléments demandés, et ils ont fabriqué trois belles guitares ! Ils ont même réussi à emprunter un générateur et des haut-parleurs et ils ont formé un groupe qui a joué à Noël et au jour de l’an.

Le pape François dit : « Personne ne se sauve tout seul. Soit nous sommes sauvés ensemble, soit nous ne sommes pas sauvés ». Comment ce message vous parle-t-il et votre expérience avec les personnes déplacées de force ?

Lorsque quelqu’un souffre, nous souffrons tous. Cela apparaît clairement avec les familles que nous aidons au Cambodge, dont certaines doivent faire face à des problèmes tels qu’un accès minimal à l’eau. Nous ne pouvons pas être en paix quand elles sont dans la détresse et que leur vie est menacée. Quant à moi, je réalise que j’ai besoin de l’aide de ma communauté jésuite et surtout des personnes que je sers. C’est mon ministère, mais ils me soutiennent avec leur amour, leur gentillesse, leurs sourires et leur esprit. Nous nous sauvons mutuellement. Au Centre Arrupe, il y a une communauté d’enfants, et nous les accueillons parce qu’ils n’ont pas de famille, ou sont très pauvres. Malgré leurs handicaps, ils sont joyeux et apportent de la joie et de la vie. Ils font du centre un véritable foyer.

Les accidents dus aux mines terrestres ont aggravé la situation désespérée dans laquelle se trouvaient déjà les réfugiés dans les camps. Mais actuellement, il y a moins d’accidents et l’amélioration des routes a rendu l’accès aux hôpitaux plus facile. Des progrès importants ont également été réalisés dans les interventions médicales, ce qui a rendu les amputations moins fréquentes. Les Cambodgiens sont également devenus des experts en matière de mines terrestres, même au niveau mondial. Ils travaillent sur des projets en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie centrale, etc. Ils ont su utiliser leur propre souffrance pour aider les autres.