Message de fin d’année du Directeur International de JRS : Je n’ai d’autres mains que les vôtres

27 December 2020|Rev. Thomas H. Smolich SJ Director Internacional del JRS

School during COVID-19 in Kounoungou refugee camp, Guereda, Chad.
Activités scolaires pendant COVID-19 dans le camp de réfugiés de Kounoungou, Guereda, Tchad.

Chers amis,

Ma première mission sacerdotale a été au Christ Roi, une paroisse à San Diego, en Californie. Plusieurs années auparavant, les paroissiens avaient recueilli des fonds pour mettre une statue du Christ Roi près de l’entrée de l’église. Peu de temps après, des vandales ont cassé les mains de la statue. Les paroissiens l’ont laissé en place avec une plaque à ses pieds : Je n’ai d’autres mains que les vôtres.

Depuis sa fondation par le Père Pedro Arrupe en 1980, JRS a cherché à être les mains de Dieu dans le monde, accompagnant, servant et plaidant pour les réfugiés et autres personnes déplacées de force. En tant que pastorale jésuite, nous sommes avec les gens : nous les aidons à guérir, à apprendre et à déterminer leur propre avenir.

Alors que nous nous apprêtions à fêter nos 40 ans de service dans la réalité changeante des déplacements forcés, 2020 nous a confrontés à d’importants défis pour notre mission.  La crise sanitaire a déclenché une demande sans précédent de solutions innovantes, et JRS s’est trouvé prêt à ajuster son travail et à s’assurer que les plus vulnérables ne soient pas laissés pour compte.

Grâce au généreux soutien de nos donateurs et à l’engagement de notre personnel, nous avons pu continuer à marcher avec ceux que nous servons tout au long de l’année.

Nous avons continué d’accompagner les plus vulnérables en offrant un soutien psychosocial et des conseils par téléphone et par messagerie, ainsi qu’une assistance juridique. Nous avons distribué de la nourriture, des fournitures d’urgence et des trousses d’hygiène là où il y en avait le plus besoin. Pendant les confinements, la plupart de nos programmes d’éducation et de formation sont passé à l’apprentissage à distance. Dans les endroits où les ressources sont limitées, la radio, les podcasts, les DVD et les packs d’apprentissage ont également été utilisés comme moyens efficaces de continuer à apprendre pour les communautés marginalisées.

Lorsque toutes les écoles ont été fermées à Bamyan, en Afghanistan, en raison de la pandémie, les enseignants de JRS ont développé de nouveaux supports de cours et ont commencé à diffuser des leçons par radio pour leurs élèves vivant dans des régions éloignées avec peu d’accès à Internet et les réseaux de télévision.

Dans les camps de Dollo Ado en Éthiopie, le virus a accru l’isolement et les tensions entre les réfugiés somaliens. Nos agents de réconciliation ont résolu 148 des 151 cas de conflit en collaboration avec des comités communautaires et des associations de femmes et de jeunes.

Dans la communauté Bourj Hammoud de Beyrouth, une zone gravement endommagée par l’explosion du 4 août, JRS a été une présence d’accompagnement et d’éducation. Avec l’aide généreuse de nos donateurs, nous avons distribué des fournitures d’urgence et une assistance psychosociale aux réfugiés et au personnel.  Notre Centre Franz van der Lugt a été réparé et les enfants de maternelle ont récemment été invités à visiter leur salle de classe avant de commencer l’apprentissage à distance.

Derrière chacune de ces histoires se cache le « tissu JRS » qui les tient ensemble, le tissu d’accompagnement que vous rendez possible. Chacune de ces histoires révèle vos mains, embrassées par Dieu, à l’œuvre dans JRS.

Même au milieu du COVID, il y a des raisons d’espérer. Restons unis en tant que communauté mondiale et prenons soin des plus vulnérables. Nous avons le pouvoir de créer un nouveau monde plus compatissant en 2021. Comme le pape François nous l’a rappelé dans sa lettre pour le 40ème anniversaire de JRS :

« La vôtre est la tâche vitale de tendre la main de l’amitié à ceux qui sont seuls, séparés de leur famille, ou même abandonnés, les accompagnant et leur donnant une voix. »

Nous n’avons d’autres mains que les vôtres.

Sachez que vous êtes dans mes prières, et je vous souhaite des bénédictions de santé et d’espoir pour la nouvelle année.

Paix,

Rev. Thomas H. Smolich SJ

Directeur international de JRS