Année ignatienne – Voir toutes choses nouvelles en Christ

20 May 2021

Le 20 mai 1521, un soldat nommé Ignace de Loyola fut blessé à la bataille de Pampelune. Sa jambe fut gravement endommagée par un boulet de canon. Au cours d’une longue période de convalescence, le soldat blessé réalisa que sa carrière était terminée et que son avenir était incertain. Il passait son temps en lisant la Vita Christi (Vie de Christ) et un livre sur la vie des saints. La blessure physique d’Ignace créa une opportunité d’introspection et de guérison spirituelle. Le soldat adopta ensuite le mode de vie d’un pèlerin : il voyageait avec les pauvres et les exclus, en apprenant à voir toutes choses nouvelles en Christ.

Pour célébrer sa vie, le Père Arturo Sosa SJ a proclamé une Année ignatienne, qui commencera officiellement le 20 mai 2021, à l’occasion du 500e anniversaire de la conversion de Saint Ignace, et se terminera le 31 juillet 2022, jour de la fête de Saint Ignace.

L’année répondra aux Préférences Apostoliques Universelles, annoncées en 2019 et qui resteront jusqu’en 2029, ce qui reflète l’engagement de la Compagnie de Jésus à répondre aux besoins les plus urgents du monde. Le père Sosa a présenté au Pape François quatre domaines d’intervention des Jésuites, et parmi eux, l’engagement “à marcher avec les pauvres et les exclus du monde, ceux dont la dignité a été violée, dans une mission de réconciliation et de justice.”

Dans ce domaine, le Père Sosa a souligné la nécessité d’accompagner les personnes déplacées, les réfugiés, les victimes des guerres et du trafic d’êtres humains, de défendre la culture et des peuples indigènes et leur existence digne. L’Année ignatienne est un appel à la Compagnie et aux membres de la famille ignatienne – laïcs, religieux et religieuses, membres des diocèses et personnes d’autres croyances ou convictions humaines – à reconnaître notre humanité commune et à améliorer la vie des personnes marginalisées dans le monde entier.

La vie et la conversion de Saint Ignace reflètent les luttes des personnes déplacées de force, de celles dont les rêves ont été détruits par des “boulets de canon” et de celles contraintes à une vie d’incertitude. L’Année ignatienne est une période de renouvellement intérieur, un temps pour la conversion des cœurs et des esprits. Il faut travailler ensemble comme une seule famille pour un monde plus juste, afin que les personnes marginalisées puissent retrouver leur dignité et déterminer leur propre avenir.