Angola : le retour des réfugiés congolais en RDC

30 octobre 2019

The JRS team in Angola serves the last dinner to the refugees who leave towards DRC on the first facilitated repatriation. (Jesuit Refugee Service)

Deux ans après son ouverture, les choses changent dans la colonie de Lóvua, dans la province de Lunda Norte, à l’est-nord de l’Angola. Après les élections démocratiques en République démocratique du Congo (RDC) et l’élection du président Félix Tshisekedi en janvier 2019, des centaines de réfugiés congolais rentrent volontairement chez eux.

Le Service jésuite des réfugiés (JRS) est présent à Lunda Norte depuis le premier jour, lorsque la flambée de violence dans la région du Kasaï a déplacé environ 1,4 million de personnes en 2017. Plus de 35 000 d’entre eux, dont plus de 70 % de femmes et d’enfants, ont fui vers le territoire angolais, fuyant ou victimes de viols, de mutilations, de pertes de proches et d’autres formes de torture.

En plus de mettre en œuvre des programmes de protection et de moyens de subsistance à Lóvua, JRS travaille actuellement en étroite collaboration avec ses partenaires sur le terrain pour accompagner, servir et plaider en faveur d’un retour sûr et digne.

Le long chemin du retour à la maison

Bien que la situation reste incertaine en RDC, car les villages ont été détruits et que nombreux sont ceux qui redoutent les discriminations fondées sur l’ethnicité, 85% des habitants de Lóvua ont exprimé leur désir de rentrer chez eux, selon des enquêtes menées en mai 2019 par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires.

Des milliers de personnes ont décidé spontanément de marcher 200 km vers la frontière par elles-mêmes en août. « Éventuellement, le gouvernement angolais a apporté des camions et a transporté de nombreuses personnes aux frontières de l’Est et du Nord », a déclaré M. Tim Smith, directeur régional de JRS pour l’Afrique australe. « C’était un arrangement chaotique, certaines personnes étaient très âgées, certaines d’entre elles étaient des enfants : les camions sont arrivés, et les gens ont sauté sur les camions », a-t-il expliqué. « Dans certains cas, certains membres d’une famille se trouvaient dans un camion et des enfants dans un autre », a-t-il expliqué.  Selon les autorités de l’immigration de la RDC, plus de 14 420 personnes sont arrivées à Kalamba Mbuji, un point d’entrée frontalier, et restent dans des abris improvisés. « Nous ne croyons pas que les conditions soient très bonnes [là-bas] », a déclaré M. Smith.

Enfin, l’opération de rapatriement facilitée, dont le cadre juridique a été convenu entre le HCR et les gouvernements angolais et congolais, et fixé au 16 septembre, a été reporté au 6 octobre 2019. Le premier convoi est parti avec 221 réfugiés et leurs biens et, le 22 octobre, 326 autres ont pu rentrer en RDC.

« Nous ne savons pas ce qui décident autant les gens à y retourner », a déclaré M. Tim Smith. « D’une part, il y a peut-être quelque chose qui les attire là-bas, comme le fait que la paix soit revenue maintenant en RDC », a-t-il expliqué. « Un nouveau gouvernement qu’ils aiment qui a fait des promesses disant qu’ils pourraient recevoir de la nourriture, de l’argent… La question de savoir si les promesses seront tenues ou non est une autre question. »

« D’un autre côté, il se peut que l’expérience en Angola ne soit pas très agréable », a expliqué M. Smith. En fait, le camp était loin de toute ville ou village. Les réfugiés devaient construire leur propre maison, cultiver leur propre nourriture, il n’y avait pas d’électricité ou d’eau courante, et le commerce ou les possibilités de développement sont limitées pour les adultes et les enfants. « La vie a été difficile, peu importe à quel point les choses étaient horribles en RDC, au moins ils savaient qu’ils avaient accès à un certain nombre de services qu’ils n’ont pas en Angola », a déclaré M. Smith.

Outre les possibilités limitées de développement au sein du campement, les réfugiés avaient la liberté de mouvement restreinte à l’extérieur. « L’armée angolaise et la police les ont harcelés dans une certaine mesure : s’ils se trouvaient dans une ville sans papiers, ils étaient souvent arrêtés » explique M. Tim. « Ainsi, bien que le Gouvernement angolais les ait reçus et les ait mis dans un camp, l’accueil n’a pas souvent été très chaleureux. Et la maison c’est la maison », a-t-il ajouté.

Revenir pour eux sera un processus très effrayant. En tant que JRS, nous essayons de les accompagner, d'être avec eux et au moins faire partie de leur histoire.
Tim Smith, directeur régional de JRS pour l'Afrique australe

Accompagnement au milieu des défis

Actuellement, l’équipe angolaise de JRS coordonne un centre de départ pour les personnes incluses dans la liste de rapatriement. Là, JRS fournit un hébergement, deux repas par jour et une ration alimentaire pour le voyage, ainsi que des informations sur le processus de rapatriement. « Notre principal défi est l’incertitude des dates, ainsi que le nombre de réfugiés qui partiront dans chaque convoi », a déclaré M. Humberto Fernando Costa, coordonnateur adjoint du projet JRS et responsable de la communication pour l’Angola.

« Pour d’autres partenaires, comme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), [l’affrètement] de camions appropriés pour transporter des personnes est le principal défi puisque les routes ne sont pas en bon état », a déclaré M. Costa. « Malheureusement, la route qu’ils [le HCR] ont choisie était dans un très mauvais état, aggravée par le fait qu’il ait plu, de sorte que le convoi a été très lent », a expliqué M. Smith. « À la fin de la journée, seulement la moitié d’entre eux avaient traversé la frontière, mais avec tous les bagages qu’ils voulaient emporter, il y avait plusieurs camions », a-t-il ajouté.

Selon le HCR, il y a actuellement 8 889 réfugiés à Lóvua et environ 4 000 devraient rentrer dans les semaines à venir. En ce qui concerne les personnes qui ont demandé à continuer à vivre à Lóvua, « ce n’est pas seulement [en raison] de l’instabilité [en RDC]. Le traumatisme n’est pas encore guéri », a déclaré M. Costa, « Le dommage, la peur, la perte… Tout est considéré [pour décider s’il y a retour ou non]. »

« Revenir pour eux sera un processus très effrayant, ils ne savent pas si leurs maisons sont encore debout, où se trouvent les membres de leur famille, quelles seront les conditions d’accueil ou si leurs voisins veulent qu’ils reviennent », a indiqué M. Smith, « En tant que JRS, nous essayons de les accompagner, d’être avec eux et au moins faire partie de leur histoire. »

En savoir plus